rétablissement, j'ai enfin trouvé ma place

  • Grenouillette
rétablissement, j'ai enfin trouvé ma place

Beaucoup de temps a passé depuis les dernières nouvelles que j'avais donné. Il est temps de faire un point, avec de bonnes nouvelles : un nouvel équilibre dans mes fonctions paroissiales, le projet d'une vie qui se réalise et qui m'a donné confiance en moi, et enfin, je sens poindre le rétablissement. Dieu ne m'a pas abandonné, il était avec moi. On me conseillait de me résoudre à une intégration pas terrible dans la paroisse, à des humiliations, je savais au fond de mon coeur que ce n'était pas ce pourquoi j'étais faite, que j'avais quelque chose de plus à donner, et que ce n'était pas la place que Dieu voulait pour moi. Je me suis battue, j'ai gagné. 

Tout d'abord, je ne me suis pas attardé sur un accompagnement avec le prêtre dont je parlais, j'avais senti au premier rendez-vous que ça ne collait pas. Je ne ressentais pas les grâces que j'avais senties dans d'autres contextes avec lui, quand il m'avait confessée, quand il interagissait avec les malades. Ça n'a pas collé. J'ai finalement choisi comme accompagnatrice une religieuse qui a une formation de psychothérapeute. Elle est très douce dans son approche, le côté "psychothérapeute" a fait qu'elle a su me prendre, qu'il y a eu moins de malentendus. J'ai été comprise, mais moins cadrée. Ça n'est pas idéal, mais c'est satisfaisant. 

Surtout, j'ai fini par écouter ce pour quoi j'avais du goût, ce que je voulais vraiment, ma vraie vocation. Et ma vocation, c'est d'être auprès des malades. Je me suis d'abord perdue dans des fonctions que j'ai voulu occuper pour sentir qu'on m'accepter à une place, ne pas me sentir rejetée. Je me suis retrouvée avec des tâches pour lesquelles je n'avais pas vraiment de goût, qui me rappelaient l'emploi que j'ai quitté et qui m'avait traumatisé, et un agenda trop chargé, que j'avais du mal à tenir avec la fatigabilité due à la dépression. 

Je me suis recentrée. J'ai lâché les activités "en trop". Et j'ai accouché d'un beau bébé, qui a comblé tout ce qu'il y avait de bancal en moi : j'ai fondé, avec d'autres personnes de la pastorale de la santé de la paroisse, un groupe de prière pour les malades, les aidants et tous ceux qui veulent prier avec eux. Un groupe où les malades disent leurs intentions de prières, prennent la parole pour méditer un psaume, chanter, prier, sont actifs et "sujets". Cela ne s'est pas fait sans mal, on m'a mis des bâtons dans les roues, des personnes ont récupéré le projet ; peu importe, on a fait la première prière en décembre et c'est un succès. Le prêtre dont je vous parlais, que j'avais pressenti pour un accompagnement spirituel et qui est si bien avec les malades, nous a rejoint, il priera avec nous et fera une méditation d'évangile à chaque prière. Nous nous retrouverons tous les 2 mois. C'est peu, mais ce groupe est vraiment un aboutissement pour moi. Ce groupe, c'est moi qui en ai eu l'idée. J'en suis le chef d'orchestre. Et ça, ça redonne confiance ! 

Aujourd'hui, mon invalidité est actée, j'ai monté un dossier d'AAH que je compte bien faire aboutir, mes finances ne sont pas en danger. Je ne culpabilise plus de prendre du repos, d'avoir des jours "sans rien" où je reste en pyjama. Ça m'est nécessaire, et ce n'est pas grave. J'ai trouvé mon rythme pour être "au service", je savais que c'est ce qui me rétablirait, et j'avais raison. Je suis sereine. La tempête est apaisée, elle a fait place à une mer calme. 

Je ne prie pas autant que je le voudrais, pas tous les jours. J'ai décidé que tant pis ; que je ne ferais pas rentrer des ronds dans des carrés, si je n'y arrive pas, en y allant au forceps. J'ai décidé d'être dans la sérénité. Il y a deux jours j'ai réalisé avec mon mari un petit journal pour le dimanche de la santé, en février prochain. Une personne de la paroisse s'est étouffée de rage de ne pas avoir été consultée, elle a été dénigrante et méchante. Et ça ne m'atteint plus. J'ai décidé que j'avais de la valeur, que je n'étais pas constamment en faute de quelque chose. Je suis sereine, équilibrée. Pas l'équilibre de M. et Mme tout le monde, mais le mien. Au service de Dieu. J'ai réalisé mon objectif et je suis comblée. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le blog de Grenouillette -  Hébergé par Overblog